Kevin Corre, pionnier du basket 3X3 professionnel français

03 déc 2019

 

Bonjour Kevin, après avoir évolué pendant une quinzaine d’années dans le 5 contre 5 (5X5) en tant que joueur professionnel, tu viens de vivre ta première vraie expérience sur le circuit professionnel 3 contre 3 (3X3).

 

Peux-tu tout d’abord nous raconter comment tu es parvenu à te tourner vers le 3X3 ? 

 

Bonjour. C’est grâce au coach Slovène, Ales Kunc.

C’est un ancien joueur Pro 5X5 qui a notamment joué en France et qui a mis un terme à sa carrière en jouant sur le circuit du 3X3. Il est devenu un spécialiste et a d’ailleurs gagné le World Tour 3X3. 

Il a eu l’opportunité de devenir coach et a décidé de prendre en charge l’équipe pro JEDDAH de la Fédération d’Arabie Saoudite. Il avait besoin de recruter quatre joueurs.

C’est comme ça que j’ai intégré l’équipe aux côtés du serbe, Nemanja Draskovic, du polonais, Szymon Rduch et enfin du saoudien, Khalid Abdel-Gabard international Saoudien 5X5. 

 

Comment s’est ensuite déroulée la suite de cette aventure ? 

 

Nous avons tous signé un contrat avec la Fédération Saoudienne pour environ quatre mois, de Juillet à la fin du World Tour début novembre. 

Malheureusement, l’équipe a pris du retard car la saison 3X3 commence début mars. 

Il a fallu travailler dur, s'entraîner comme pour une préparation et créer notre identité de jeu rapidement avec nos expériences et cultures différentes. On a parcouru le monde, de tournoi en tournoi, pour finir 12ème équipe mondiale. Nous avons enfin été qualifiés au tournoi final du World Tour au Japon. Une grande fierté d’avoir atteint ce niveau et ce classement en seulement quatre mois et partant de zéro ! C’était une énorme progression et un gros challenge. 

 

Es-tu le pionnier du 3X3 professionnel français ? Ou connais-tu d’autres joueurs qui, comme toi, se sont lancés dans cette carrière ?

 

En 2012, pour le 1er championnat du monde 3X3 organisé en Grèce, nous avions remporté des médailles d’or en mixte et d’argent en masculin et féminin. On nous appelait déjà les pionniers. Pourtant, ça fait déjà 7 ans qu’il existe !

À ma connaissance, seul Angelo Tsagarakis, qui était aussi de l’aventure en 2012, a eu un contrat d’un mois pour une équipe aux Philippines. On peut dire que je suis un pionnier pour la professionnalisation du 3X3 en France mais il y a une explication à cela.

Le 3X3 dure de mars à début novembre donc en France, ce n’est pas une discipline pleinement reconnue pour le moment. Cela reste une discipline d’intersaison du 5X5 donc difficile d’en vivre.

 

Peux-tu nous expliquer comment se déroule le circuit Pro ?  

 

C’est assez compliqué. Cela ressemble au tennis si on peut dire. 

Les équipes sont classées mondialement pour le World Tour en fonction du cumul des points individuels de chaque joueur qui la compose. 

Cela permet, en fonction du classement, d’être qualifié directement au tour principal Top 12 du World Tour. Il y a onze évènements World Tour à travers le monde. C’est comme un circuit. Chaque événement se déroule de la même manière. 

Le premier jour, nous participons à deux ou trois matches qualificatifs, avec pour objectif, de rentrer dans le tournoi principal, le Top 12 ! 

Le deuxième jour, quatre poules de trois équipes sont établies et les deux premiers sont ainsi qualifiés pour les ¼ de final qui ont le lieu le troisième jour. 

Il y a des primes pour les cinq premières équipes (30K$ pour le 1er, 20K$ pour le second, 18K$ pour le 3ème, 8K$ pour le 4ème et 5k$ pour le 5ème) et des points individuels pour les joueurs. 

Mais, pour avoir une chance de participer au World Tour, il y a aussi des tournois qualificatifs (Challenger et Quest). Gagner des tournois qualificatifs permet d’accumuler des points individuels qui cumulés, font le classement général mondial de l’équipe qui la compose.  

L’effectif d’une équipe est composé de quatre à six joueurs. Une fois que tu as participé à un tournoi de niveau « Challenger » ou « Quest » avec une équipe, tu ne peux pas changer d’équipe. Par contre, tu peux participer à des tournois de niveaux inférieurs avec d’autres équipes pour gagner des points individuellement.

 

As-tu des chances d’être sélectionné en équipe de France pour les JO de Tokyo 2020 ? Est-ce un objectif ?

 

Depuis 2012, j’ai participé à pas mal de campagnes avec des bonnes mais aussi des mauvaises aventures. Les dernières expériences étaient assez difficiles. Récemment, j’ai échangé avec le sélectionneur pour les prochaines échéances donc j’attends de voir si je reçois les convocations. Maintenant, j’attends aussi de voir quelle sera ma situation professionnelle au moment du stage pour préparer le TQO et dans quelles conditions également car je ne me sens plus prêt à tout sacrifier.  

 

Espères-tu continuer en 5X5 ou veux-tu te consacrer exclusivement au 3X3 ? Est-ce que c’est compatible ? 

 

Si j’ai l’occasion de faire que du 3X3, je signe direct, notamment avec ma dernière équipe. Mais pour le moment je suis dans l’attente. Le 3X3 est une cure de jouvence et de plaisir, alors que le 5X5 est mon travail depuis maintenant 15ans.

Pour répondre à la question de la compatibilité, je pense malheureusement qu’aujourd’hui, c’est clairement incompatible. Il y a un vrai problème de calendrier entre le 5X5 pro et le 3X3 en France. Cela freine le développement de cette discipline car les meilleurs joueurs de 5X5 pro ne peuvent pas s’investir pleinement et sereinement.

Si je pouvais faire du 3X3 toute la saison, la question ne se poserait même pas. Il est indispensable pour exister aujourd’hui au niveau World Tour d’avoir une équipe Pro qui ne fait que ça ! 

 

À 34 ans, comment imagines-tu ta fin de carrière professionnelle ? Penses-tu notamment à ta reconversion ? 

 

Oui, je commence à y penser car les propositions 5X5 sont moins nombreuses et surtout moins intéressantes. Mais j’espère pouvoir choisir quand j’arrêterai. C’est surtout le plaisir qui guide mes choix aujourd’hui. S’il y a plus d’inconvénients que d’avantages, je penserai à un nouveau projet pro. J’envisage de rester dans le basket en devenant entraîneur pour pouvoir transmettre mes compétences et mes valeurs. 

En tous les cas, merci au SNB pour l’interview ! Je suis content de pouvoir parler de ce sujet qui est plus que jamais d’actualité.

 

Merci Kevin pour cet interview très intéressante !

Nous te félicitons pour ta carrière et te souhaitons le meilleur pour cette aventure en 3X3.

 

Vous avez des questions ?

N'hésitez pas à nous contacter à l'adresse suivante: contact@snbasket.com. 

 

Afficher toutes les actualités