Turnover des joueurs en Pro A et Pro B, les chiffres qui font mal

22 août 2017

Après avoir travaillé sur une série d’articles traitant du temps de jeu des jeunes joueurs en Pro A et Pro B (que vous pouvez retrouver ici, ici, ici ou encore ici), nous avons décidé d’étudier plus en détail le turnover dans les équipes professionnelles.

Identifié depuis de nombreuses années comme un frein au développement du basket hexagonal, notamment pour la visibilité du championnat et de ses joueurs par le grand public. Nous souhaitions pouvoir mesurer ce phénomène sur plusieurs saisons. Pour ce faire, nous avons comptabilisé depuis la saison 2014-2015, pour toutes les équipes Pro A et Pro B, tous les joueurs ayant disputé au mois 17 rencontres de saison régulière, soit la moitié des matchs de leur équipe.

64% de turnover de joueurs en LNB
Il en ressort que le turnover des joueurs au sein des effectifs de Pro A et Pro B d’une saison à l’autre est d’environ 64%. Nous accordons une mention spéciale au club de Fos-sur-Mer qui est allé à contre courant de cette tendance lourde, en conservant 90% de son effectif la saison dernière.

Renouvellement LNB


Pour 2015/16 et 2016/17 en Pro A, le dernier de la saison régulière figure toujours parmi les 3 équipes qui ont les taux de renouvellement de contrats les plus importants. Il est intéressant de noter que ce phénomène existe aussi en Pro B. A l’inverse, les 3 équipes Pro B qui ont conservé le plus de joueurs en 2016/2017  (Fos, Lille et Boulazac) ont terminé dans le top 5 à l'issue de la saison régulière. 


Enfin sur les 3 dernières saisons, nous constatons que les clubs de Pro B s’appuient en moyenne sur un nombre de joueurs plus important que les clubs de Pro A. 172 joueurs ont joué au moins 17 rencontres en ProB alors que « seulement » 165 ont joué 17 rencontres de ProA. Ce chiffre est d’autant plus surprenant que le nombre de matchs en saison régulière est identique pour les deux divisions (34). 



Avec une moyenne de 64% de nouveaux joueurs dans les effectifs tous les ans, comment est il possible pour un club d’avoir une vision stratégique vis à vis de ses partenaires commerciaux/institutionnels et aussi de ses propres supporters? La même question se pose pour la LNB qui tente d’améliorer son image auprès du grand public, alors qu’il lui est impossible de s’appuyer sur des joueurs identifiables pour le faire. Enfin nous pouvons aussi nous poser la question de la part de responsabilité des entraîneurs dans ce turnover, toujours à la recherche d’un pigiste, d’un joker pour compléter leur équipe.



C’est donc de la responsabilité de tous de trouver des solutions afin d’améliorer la visibilité de notre sport.

Afficher toutes les actualités