Henri Kahudi a choisi de prendre sa retraite LNB à seulement 26 ans. Malgré son jeune âge relatif, il aura joué au total 8 saisons professionnelles.

Le MSB, c’est la que tout a commencer pour Henri. Meneur au centre de formation, il intègre dès 2009 l’équipe professionnelle aux côtés de son frère Charles. Il tient parfaitement son rôle de meneur “back up” et participe activement aux différentes campagnes en Eurocup et Euroleague et ce jusqu’en 2013.

Parallèlement il brille en équipe de France U18 puis U20. Son parcours chez les bleus est exemplaire, puisqu’il sera médaille d’Argent au Championnat d’Europe U18 en 2009 (Rhodes, Grèce), Champion d’Europe U20 en 2010 (Zadar, Croatie) puis médaille de Bronze au Championnat d’Europe U20 en 2011 (Bilbao, Espagne).

C’est en 2013 qu’il quitte sont club formateur pour intégrer la Pro B avec Rouen, Denain et enfin Nantes ou il mettra un terme à sa carrière à la fin de la saison dernière.  

Son plus gros “carton” en professionnel: Rouen - Aix-Maurienne le 15 Avril 2014 avec 23 points, 8 rebonds pour 28 d’évaluation

Henri revient avec nous sur cette presque décennie professionnelle.

SNB: Tu as commencé à fouler les terrains Pro au Mans en 2009. Quel regard portes-tu sur ces 8 saisons Pro A et Pro B?

Henri Kahudi: Mon objectif quand j'ai commencé le basket était de devenir professionnel. Je voulais vraiment vivre de ma passion et toujours aller plus haut. Mes années au Mans ont été très enrichissantes malgré le fait que je n'ai pas su rendre toute la confiance que le clubv m’avait accordé. Ensuite mes années en pro B m'ont vraiment permis de reprendre du plaisir sur le terrain et reprendre confiance en moi.
Ces 8 saisons ont été faites de haut et de bas, mais quand je vois tout ce que j'ai fais, les victoires comme les défaites, les gens que j'ai rencontrés, je suis vraiment satisfait d'arrêter comme ça. J'ai vraiment le sentiment d'avoir vécu des moments inoubliables et je suis certain que ça me servira pour la suite.

SNB: Le SNB a l'habitude de revenir sur les carrières de trentenaires assumés. C'est la première fois que nous le faisons pour un joueur de 26 ans. Pourquoi stopper cet été?

HK: C'est vrai que je suis encore jeune, que j'ai encore (je touche du bois) beaucoup d'années à jouer devant moi. Mais plus tu vieillis et plus tu t'assagis. J'ai donc stoppé ma carrière pour plusieurs raisons. La 1ere et la plus importante c'est pour voir grandir mon fils. C'est vraiment difficile d'être à des kilomètres de lui, ne pas le voir tous les jours. La deuxième, c'est que je n'étais plus d’accord avec le système actuel. Pour moi, il y a beaucoup de bons joueurs en France (Pro A, Pro B) mais beaucoup sont freinés par leur club ou leur coach. Dans certains clubs, les joueurs sont coachés limite “au salaire”. Si tu gagnes beaucoup, tu joues beaucoup. Ou si tu es étranger, tu seras plus sur le terrain qu'un français.
C'est vraiment l’impression que j'ai eu ces dernières années. Attention toutes les équipes ne le font pas et heureusement, mais je trouve ça dommage. Comme le fait de couper un joueur sous prétexte que son rendement n’est pas assez important alors que paradoxalement l'équipe tourne bien.
Enfin la troisième raison,  c'est que j'ai toujours eu la volonté de faire quelque chose après ma carrière. J'ai eu un bac S ensuite j'ai dû choisir entre ma carrière et les études mais je n'ai jamais lâché les études dans ma tête. Moi, être coach, kiné ou un autre job dans le basket ça ne m'intéresse pas. J'aime trop jouer pour ne pas pouvoir le faire. Je vais donc reprendre mes études en informatique comme j'avais commencé après mon bac mais en allant cette fois jusqu'au bout.

SNB: Qu'est ce qu'on peut te souhaiter pour les années futures?

HK: Déjà d'avoir mon diplôme ça serait vraiment bien. Si je l'obtiens, ça voudra dire que le travail que j'ai fourni cette année a porté ses fruits. Ensuite la montée en N2 avec mon club , c'est un des nombreux objectifs que j'ai cette année. Malheureusement les montées c'est pas trop mon fort mais je me dis qu'en rentrant à la maison peut être ça va changer.
Et pour finir, souhaitez moi d'être heureux. C'est vraiment la chose la plus importante dans la vie. On peut faire tous les métiers du monde, qu'ils soient plus ou moins difficiles, qu'on aime ou pas ce que l'on fait, à la fin le but c'est d'être heureux.

Notre rôle au SNB c’est aussi de rendre hommage à tous ces joueurs majeurs ou de devoir, Français ou étrangers, qui ont tous à leur niveau œuvré pour le basket Français.

Tag : légendes LNB

Mentions légales - Connect

Syndicat national des basketteurs
5 rue des colonnes 75002 paris
Association loi 1901
SIRET 352 118 186 00035
Code APE 9420Z