Les années passent mais le mal persiste : le temps de jeu moyen des jeunes en Pro A est toujours aussi édifiant. Le pays de la « formation à la française » aurait-il du mal à faire confiance à ses jeunes?

Malgré le fait que la France soit une des nations qui exporte, depuis toujours, le plus grand nombre de jeunes talents vers la NBA (5 draftés en 2016) et très régulièrement vers les meilleurs championnats européens, il apparaît très clairement, à la lecture des statistiques ci-dessous, que le temps de jeu moyen des jeunes joueurs en Pro A est toujours aussi famélique.

Une situation extrêmement préoccupante pour le SNB.

4, c’est le nombre d’équipes de Pro A où les joueurs U21 jouent plus de 7% du temps de jeu global de l’équipe (Antibes, Pau, Strasbourg et Paris). Pour 3 de ces clubs, ce chiffre n’est dû quasiment qu’à un seul joueur : Isaïa Cordinier à Antibes, Cyril Eliezer-Vanerot à Paris et Frank Ntilikina à Strasbourg.

3, c’est le nombre d’équipes de Pro A où les joueurs U21 inscrivent plus de 6,1% des points totaux de l’équipe (Antibes, Pau, Strasbourg)*

10, c’est le nombre d’équipe de Pro A qui offrent moins de 2% de leur temps de jeu global aux joueurs U21.

Avec la réforme du calendrier FIBA et l’apparition des fenêtres internationales pendant la saison, dès novembre 2017, l’Equipe de France ne pourra pas utiliser ses joueurs NBA et des doutes demeurent quant à la présence des joueurs d’Euroleague et d’Eurocup pour les qualifications des futures compétitions internationales.

Dès lors, nous avons besoin de former et faire jouer de nouveaux joueurs en Pro A qui, à terme, pourront intégrer l’Equipe de France.

Seule l’émergence de jeunes talents dans le championnat de France permettra de maintenir une continuité dans les résultats sportifs de l’équipe nationale.

U21 en ProA le grand désert-2

 

Tag : centre de formation comité directeur FFBB LNB

Mentions légales - Connect

Syndicat national des basketteurs
5 rue des colonnes 75002 paris
Association loi 1901
SIRET 352 118 186 00035
Code APE 9420Z